Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

Maison de l'Algérie Pont-d'intelligence

lundi 18 mai 2015

BURO Club Alger participe au 1er week-end « Génération entrepreneurs » à Boumerdès






BURO Club - Enjoy your business


Du 22 au 25 mai prochain, se tiendra à Boumerdès, en Algérie, le 1er week-end« Génération entrepreneurs ».
A l’initiative de l’association « Maison de l’Algérie », qui encourage les projets économiques, sociaux, touristiques, culturels, artistique, universitaires et technologiques entre l’Algérie et la France, et en partenariat avec l’association locale ANEJ (Association Nationale d’Echange entre les Jeunes), une quarantaine de jeunes binationaux issus de plusieurs régions françaises rejoindront des jeunes issus de toutes les wilayas d’Algérie. Cette rencontre permettra aux nouvelles générations d’entrepreneurs des deux rives d’échanger, de tisser des liens, de coopérer et bâtir un véritable pont d’intelligence qui permettra de voir émerger des projets d’avenir  pour nos deux pays.
Une nouvelle étape donc dans la relation qui existe entre la France et l’Algérie en vue de déclencher une dynamique constructive et un partenariat durable.
Au programme de ces quatre jours, un regard croisé sur la manière d’entreprendre et de créer son entreprise, et des informations essentielles pour se lancer dans l’aventure.
Parce que nous sommes persuadés que le démarrage et le développement d’une entreprise est facilité par la qualité de ses partenaires, BURO Club, expert en solution d’hébergement pour les entreprises depuis plus de 20 ans, a souhaité être présent en amont comme en aval des projets de cette nouvelle génération d’entrepreneurs.
Le 25 mai, le centre d’affaires « les Arcades de l’Amirauté », représentant du réseau français en Algérie, accueillera l’ensemble des participants et leur permettra de rencontrer et d’échanger avec des chefs d’entreprises algériens.
Pour les accompagner et leur permettre de démarrer leurs projets dans des conditions optimales,  l’équipe du centre pourra leur proposer des espaces de travail (bureaux équipéssalles de réunions ou espaces coworking) et des services (domiciliation,permanence téléphonique…) parfaitement adaptés à leurs besoins et leurs budgets. Des offres sur mesure pour les donner une suite à leur idées, et leur permettre de s’impliquer dans les meilleures conditions dans le développement économique et social de l’Algérie !
Enjoy your business

Pour une "Maison de l'Algérie" au sein de la Cité Internationale

 Magazine ALGER PARIS



Iman Houda Feraoun prend ses nouvelles fonctions de ministre de la Poste et des TIC


La nouvelle ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Iman Houda Feraoun, a été installée dimanche dans ses nouvelles fonctions de ministre de la Poste et des TIC, suite au remaniement ministériel opéré jeudi dernier par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
Lors d'une cérémonie de passation de fonctions avec sa prédécesseur à la tête du secteur, Zohra Derdouri, la nouvelle ministre s'est engagée à  poursuivre les efforts dans le sens du développement et de la modernisation du secteur.
"Je promets au peuple algérien de ne ménager aucun effort pour le  développement du secteur et de travailler pour le bien de mon pays", a-t-elle ajouté, tout en saluant la confiance placée en elle par le chef de l'Etat.
De son côté, la ministre sortante a appelé l'ensemble du personnel  et des acteurs activant dans le secteur à continuer le travail engagé dans  le cadre de la mise en oeuvre du programme du président de la République.
Agée de 36 ans, la nouvelle ministre de la Poste et des TIC est professeur d'université. Elle avait notamment occupé le poste de directeur général de l'Agence thématique de recherche en sciences et technologie (ATRST).
APS

Le président Bouteflika procède à un remaniement ministériel (communiqué intégral)

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé jeudi à un remaniement ministériel, indique un communiqué de la présidence de la République. Voici le texte intégral du communiqué:
"Conformément aux dispositions de l'article 79 de la Constitution, son excellence M. Abdelaziz Bouteflika, président de la République, ministre de la Défense nationale, a pris ce jour, après consultation du Premier ministre, un décret présidentiel portant nomination des membres du Gouvernement.
Son nommés Mesdames et Messieurs:
  • Abdelmalek Sellal, Premier ministre.
  • Le général de Corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire.
  • Nouredine Bedoui, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales.
  • Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères.
  • Tayeb Louh, ministre de la Justice, Garde des Sceaux.
  • Abderrahmane Benkhelfa, ministre des Finances.
  • Abdelkader Messahel, ministre des Affaires maghrébines et africaines et de la Coopération internationale.
  • Abdessalem Bouchouareb, ministre de l'Industrie et des Mines.
  • Salah Khebri, ministre de l'Energie.
  • Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahidine
  • Mohamed Aïssa, ministres des Affaires religieuses et des Wakfs.
  • Amara Benyounès, ministre du Commerce.
  • Amar Ghoul, ministre de l'Aménagement du territoire, du tourisme et de l'Artisanat.
  • Abdelkader Kadi, ministre de l'Agriculture et du Développement rural.
  • Abdelouahab Nouri, ministre des Ressources en eau et de l'Environnement.
  • Abdelmadjid Tebboune, ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville.
  • Abdelkader Ouali, ministre des Travaux publics.
  • Boudjema Talai, ministre des Transports.
  • Nouria Benghebrit, ministre de l'Education nationale.
  • Tahar Hadjar, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
  • Mohamed Mebarki, ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels.
  • Mohamed El Ghazi, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.
  • Azzedine Mihoubi, ministre de la Culture.
  • Mounia Meslem, ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme.
  • Tahar Khaoua, ministre des Relations avec le parlement.
  • Abdelmalek Boudiaf, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.
  • Abdelkader Khomri, ministre de la Jeunesse et des Sports.
  • Hamid Grine, ministre de la Communication.
  • Iman Houda Feraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l'Information et de la Communication.
  • Sid Ahmed Ferroukhi, ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques.
  • Hadji Baba Ammi, ministre délégué auprès du ministre des Finances, chargé du Budget et de la Prospective.
  • Aïcha Tagabou, ministre déléguée auprès du ministre de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, chargée de l'Artisanat.
Par ailleurs, et en application de l'article 78 de la Constitution, monsieur le Président de la République a nommé Messieurs:
  •  Ahmed Noui, ministre secrétaire général du gouvernement.
  • Mustapha Karim Rahiel, ministre directeur du cabinet du premier  ministre".
  • APS

vendredi 8 mai 2015

BOUIRA : PROJETS DE CREATION DE 5 NOUVELLES ZONES D’ACTIVITES

Cinq nouvelles zones d’activités seront créées prochainement dans la wilaya de Bouira, a-t-on appris, mercredi, auprès du directeur de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’investissement.
Le Comité d’assistance à la localisation et à la promotion des investissements et de la régulation foncière ( CALPIREF) de la wilaya a "validé récemment des propositions portant sur la création de ces nouvelles zones d’activités", a précisé, à l’APS, M. Nadjib Achouri, ajoutant que ces projets ont été initiés dans la perspective de "renforcer les investissements et de créer davantage de richesses et d’emplois".
"Sur plusieurs propositions qui ont été faites, il y a quelques semaines, le Calpiref n’a retenu que cinq zone d’activités qui sont prévues notamment à Sour El-Ghozlane, El-Hachimia, Dirah et Bir Ghbalou ainsi que Lakhdaria », a encore affirmé le même responsable, sans préciser le montant alloué pour cette importante opération.
La wilaya de Bouira offre d’énormes opportunités d’investissement notamment dans le secteur de l’agroalimentaire en raison de sa vocation agricole, et beaucoup d’investisseurs désirent de ce fait réaliser leurs projets à Bouira, a estimé M.Achouri.
Actuellement, Bouira compte treize zones d’activités réparties sur plusieurs communes, dont notamment M’Chedellah, Lakhdaria, Aomar, Bechloul, El-Asnam et Ain Bessam.
La zone d’activité de la commune de Dirah connaîtra "bientôt"une opération de viabilisation, dont toute une étude sur cette action a été finalisée et les appels d’offres ont été lancés, a fait savoir le même responsable.
APS

Plusieurs décisions prises pour booster le développement local à Tizi Ouzou(commission interministérielle)



Plusieurs décisions ont été prises mercredi par la commission interministérielle de haut niveau conduite par le SG du ministère de l'Intérieur et des Collectivités Locales, Ahmed Adli, pour  booster le développement local au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou et débloquer certains projets en souffrance.
M. Ahmed Adli, a précisé, lors d’un point de presse, que la tâche de cette commission, qui a effectué une visite de travail dans la wilaya de Tizi Ouzou, "est d’accompagner la dynamique de développement local afin de booster les cadences de réalisation des différents projets destinés à la prise en charge des besoins des citoyens", et ce en application des instructions prises par le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieure et des Collectivités Locales lors de sa visite de travail, le 13 avril dernier, dans la wilaya.
Il s’agit, notamment, de l’inscription d’une étude de réalisation d’un axe autoroutier pour la partie littorale de la wilaya, la réutilisation des eaux traitées par la station d’épuration d’Azazga, qui sera réceptionné en septembre prochain et sa mise en service à la fin de l’année en cours, en agriculture au profit des agriculteurs qui se trouvent en aval de cette station, afin d’encourager, notamment, l’arboriculture fruitière.
S’agissant de la problématique de gestion des déchets dans la commune d’Azazga, dont des ordures ménagères sont déposées au niveau d’une décharge contrôlée, située en plein c£ur de la forêt de Yakouren et dont l’implantation est dénoncée par les défenseurs de l’environnement, il a été décidé de "réorganiser" correctement ce site et de nettoyer la forêt en attendant sa fermeture prochaine.
"Dès que le CET intercommunal d’Aghribs est réceptionné, il sera procédé à la fermeture, au nettoyage et à la remise en état du site de cette décharge", a annoncé M. Adli.
"Il est anormal que toutes les routes soient jonchées de détritus", a-t-il déploré, invitant la presse à "s’impliquer" dans la sensibilisation afin de contribuer à améliorer l’environnement.
Evaluant la situation du développement au niveau de la wilaya à l’issue de la visite de certains chantiers, dont la pénétrante à l'autoroute Est-ouest, le centre d'enfouissement technique (CET) de Oued Fali, le raccordement au gaz de ville du village Tamaassit, la réalisation d’un lycée à la nouvelle ville de Tizi Ouzou, et d’une station d’épuration (STEP) à Azazga, il a relevé que le développement dans la wilaya "est sur la bonne voie" et les résultats réalisés en la matière sont "appréciables".
Il citera pour exemple le secteur de l’Education qui sera marqué pour la première fois au niveau local par la réception d’un nombre important d’établissements dont 10 lycées, 10 CEM et plus de 20 groupes scolaires pour le cycle primaire, "ce qui va permettre de réduire le taux d’occupation des classes et d’offrir aux élèves de meilleures conditions de scolarisation".
Le secteur des travaux publics connaît, lui aussi, un "essor important", avec un réseau routier qui a permis de désenclaver les localités les plus reculées à travers la réalisation de plusieurs projets dans les deux rocades nord et sud, d’une voie express, de la pénétrante à l’autoroute Est-ouest, et qui assureront aussi une ouverture de Tizi Ouzou aux wilayas limitrophes.
Quant au raccordement au gaz naturel, et dont le taux est actuellement de 60%, M.Adli a noté que la wilaya enregistre une "avancée remarquable" en la matière et sera parmi les premières, à l’échelle nationale, à atteindre un taux de "100% à l’horizon 2016".
APS

jeudi 7 mai 2015

Plusieurs projets d'investissement touristiques en cours de réalisation à travers le pays

Plusieurs projets d'investissement sont actuellement en cours de réalisation pour pallier le manque de structures d'hébergement notamment au nord et au sud du pays, a déclaré mercredi à Alger le Directeur général de l'Office national algérien du tourisme (ONAT), Mohamed Cherif Selatnia.
Dans le cadre de la mise en oeuvre du plan stratégique de l'office à l'horizon 2020, l'inauguration d'une résidence touristique dans la région de Djanet avec une capacité de 40 lits est prévue pour la prochaine saison touristique.
La résidence touristique d'Igli (Bechar), qui est en cours de restauration, devrait ouvrir ses portes lors de la prochaine saison avec une capacité de 100 lits.
Actuellement, un village touristique dans la région de Taghit (Bechar), un centre touristique à Souk Tnine (Bejaïa) et un village touristique à Timimoune (Adrar) sont actuellement en cours de réalisation, a fait savoir M. Selatnia.
Dans le cadre de sa stratégie commerciale, l'office veille à diversifier ses produits en proposant plus d'une cinquantaine de produits touristiques, selon M. Selatnia.
L'ONAT prend en charge les vacances hebdomadaires au profit des jeunes, des universitaires et des familles à travers la signature de conventions avec les oeuvres sociales des différents secteurs, les directeurs d'hôtels et compagnies aériennes pour obtenir des prix concurrentiels, a indiqué le premier responsable de l'office.
Pour la prochaine saison estivale, l'ONAT propose des résidences touristiques et des complexes le long du littoral à "des prix concurrentiels", a-t-il ajouté.
Il a, par ailleurs, évoqué plusieurs projets de restauration des agences de l'office dont le nombre s'élève à 32 à travers le pays pour améliorer les prestations et l'accueil des clients, indiquant que des agences de tourisme seront bientôt inaugurées à Alger après leur restauration.
Concernant les accords de partenariat et de coopération, le DG de l'ONAT a rappelé les accords signés avec des opérateurs étrangers notamment de France et d'Italie.
L'office propose "un produit touristique particulier qui répond aux exigences des touristes étrangers qui désirent généralement découvrir les sites archéologiques, culturels et religieux".
APS

mercredi 6 mai 2015

Les inédits "Week-ends à Boumerdès"

Des jeunes binationaux rejoindront des jeunes Algériens venus de toutes les wilayas d'Algérie à Boumerdès pour participer à «Wee-kends à Boumerdès», un concept inédit lancé cette année par l'Association «Maison de l'Algérie». La manifestation prévue du 22 au 25 mai regroupera des jeunes binationaux et Algériens dans le cadre d'un programme de rencontres, d'échanges qui seront l'occasion «de faire émerger des projets, tisser des liens et créer des envies de coopérations entre ces générations entrepreneurs''». L'initiative compte également mettre en place des séjours d'une semaine «entreprendre en Algérie au profit des jeunes binationaux» et se veut également un moyen d'implantation de l'incubateur d'entreprises pilotes à Boumerdès en partenariat avec Anej Boumerdès-Bab El Amel, le centre d'affaires «Les arcades de l'amirauté», BGE «réseau national d'appui aux entrepreneurs» et Interface couveuse d'entreprises de Marseille (France).
L'expression

lundi 4 mai 2015

Des jeunes entrepreneurs de France et d’Algérie en regroupement les 22 et 25 mai à Boumerdès

Maison de l’Algérie : Week-end « Génération Entrepreneurs » à Boumerdès du 22 au 25 mai 2015
Au départ des régions françaises, des jeunes binationaux rejoindront des jeunes algériens venus de toutes les wilayas d’Algérie à Boumerdès pour participer ensemble à ce projet et feront partie du réseau d’échange et de coopération entre l'Algérie et la France.

L’Association « Maison de l’Algérie » qui a pour but d’encourager de projets économiques, sociaux, touristiques, culturels, artistiques, universitaires et technologiques entre l’Algérie et la France, lance cette année un concept inédit de «Weekends à Boumerdès » en partenariat avec l’association locale ANEJ. Un regroupement de jeunes binationaux et algériens est ainsi prévu dans cette ville du 22 au 25 mai 2015, dans le cadre d’un programme de rencontres d’échange  qui seront l’occasion « de faire émerger des projets, tisser des liens et créer des envies de coopérations entre ces ‘’générations entrepreneurs’’ », a indiqué l’association dans un communiqué. L’Association compte œuvrer au lancement de modules de formations à Boumerdès et Paris dans la filière de la gestion de projet, règlementation algérienne : droit, fiscalité et social. Elle compte aussi mettre en place des séjours d’une semaine « entreprendre en Algérie au profit des jeunes binationaux ». Elle se veut également un moyen d’implantation de l’incubateur d’entreprises pilote à Boumerdès en partenariat avec ANEJ Boumerdès-Bab El Amel, le centre d’affaires « Les arcades de l’amirauté », BGE « réseau national d’appui aux entrepreneurs » et INTERFACE couveuse d’entreprises de Marseille (France).
De véritables moteurs de développement économique et social
Au départ des régions françaises (île de France, Nord Pas-de-Calais, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées) des jeunes binationaux rejoindront des jeunes algériens venus de toutes les wilayas d’Algérie à Boumerdès pour participer ensemble à ce projet et feront partie du réseau d’échange et de coopération entre les deux pays. Un programme de visite et d’animation « sur mesure » a été spécialement pensé pour créer « un véritable climat de confiance entre les deux jeunesses, propice à l’émergence d’une génération d’entrepreneurs ». Agés de 19 à 35 ans, les jeunes retenus pour ce projet sont sélectionnés sur la base de trois critères : leur envie de partager avec d’autres leurs connaissances ou expertises dans un domaine particulier ; leur sens de l’engagement et leur envie d’entreprendre ; leur volonté de rejoindre une équipe de bâtisseurs d’avenir. « Les projets sélectionnés sont de véritables moteurs de développement économique et social avec un impact direct sur la population locale », écrit l’Association « Maison de l’Algérie ».
Accompagner l’implantation des incubateurs d’entreprises en Algérie
L’Association « Maison de l’Algérie » souhaite accompagner l’implantation des incubateurs d’entreprises en Algérie. Ce projet répond « à des demandes fortes formulées en premier lieu par les hautes autorités algériennes », souligne l’association qui estime que ce système d’incubateurs s’inscrit également « dans le souhait formulé par jeunes entrepreneurs algériens pour compléter leur formation à l’entreprenariat afin de contribuer efficacement au développement économique et social de l’Algérie ». « L’incubateur d’entreprise pourrait aussi être un effet de levier de compétitivité pour les entreprises algériennes désireuses compléter leur offre de services (développement de la sous-traitance). 
Maghreb Emergent

Entrepreneuriat en Algérie : des projets au profit des binationaux


Stimuler l'envie d’entreprendre au sein de la jeunesse. D. R.
Stimuler l'envie d’entreprendre au sein de la jeunesse. D. R.
La ville de Boumerdès abritera le 22 mai prochain le premier week-end initiateur «Génération entrepreneurs» en Algérie regroupant une quarantaine de jeunes binationaux des régions françaises (Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées) et des dizaines de jeunes venus de toutes les wilayas d’Algérie. L’initiative parrainée par les associations «Maison de l’Algérie» et Anej Boumerdès entre dans le cadre du programme «Bab el-amel», qui aura lieu du 22 au 25 mai 2015 au centre touristique et culturel Le Rocher à Boumerdès. L’association «Maison de l’Algérie» souligne qu’elle vise à fédérer les acteurs et impulser une dynamique commune de projets et d’ambitions, et se donne comme vocation de bâtir un pont d’intelligence entre la jeunesse des deux rives pour déclencher une dynamique constructive : flux d’idées, de projets, d’échanges d’expériences, de création d’emplois et aussi d’amitié, de convivialité. « Pour donner jour à nos ambitions, nous lançons cette année un concept inédit de week-end à Boumerdès en partenariat avec l’association Anej. Il permettra aux jeunes binationaux et Algériens de se retrouver pour échanger lors de rencontres qui seront l’occasion de faire émerger des projets, tisser des liens et créer des envies de coopérations entre ces générations entrepreneurs», soulignent les organisateurs dans un communiqué parvenu à la rédaction. Les actions prévues lors de cette manifestation englobent la création de modules de formations à Boumerdès et Paris (gestion de projet, réglementation algérienne : droit, fiscalité et social), mise en place de séjours d’une semaine : entreprendre en Algérie au profit des jeunes binationaux, accompagner l’implantation de l’incubateur d’entreprises pilotes à Boumerdès en partenariat avec l’Anej Boumerdès-Bab el-amel, le centre d’affaires «Les arcades de l’amirauté», BGE (Réseau national d’appui aux entrepreneurs) et Intreface, couveuse d’entreprises de Marseille (France). Agés de 19 à 35 ans, les jeunes retenus pour ce projet sont sélectionnés notamment sur la base de leur envie de partager avec d’autres leurs connaissances ou expertises, leur sens de l’engagement et leur envie d’entreprendre. «Les projets sélectionnés sont de véritables moteurs de développement économique et social avec un impact direct sur la population locale», précisent les associations organisatrices de l’événement.
Meriem Sassi
Algériepatriotique

Un week-end "Génération Entrepreneurs" à Boumerdès du 22 au 25 mai 2015 au Complexe Touristique et Culturel Le Rocher à Boumerdès



vendredi 1 mai 2015

Stéphanie PLASSE Journaliste pour Le Monde Recherche des témoignages de personnes d’origine algérienne ayant été retenus prisonniers dans prison d'Arenc à Marseille

Stéphanie PLASSE Journaliste pour Le Monde
Recherche des témoignages de personnes d’origine algérienne ayant été retenus prisonniers dans prison d'Arenc à Marseille
Journaliste pour Le Monde, je me permets de vous contacter car je suis en train de préparer un article sur la prison clandestine d'Arenc à Marseille, où beaucoup d'Algériens ont été retenus prisonniers, un pan de l'histoire complètement oublié. Je cherche des témoignages de personnes ayant été dans cette prison d'Arenc. Bien sûr, je m'engage à ce que leur anonymat soit préservé.
Merci beaucoup.
N'hésitez pas à me contacter par mail : stephanie.plasse@gmail.com

Oléiculture : Des professionnels appellent à la labellisation de l’huile d’olive


Afin de positionner l’huile d’olive algérienne sur le marché étranger,  des professionnels appellent à la nécessité de prendre en charge cette filiale agricole,  notamment via la labellisation du produit.

C’est le cas de M.Nourredine Boudissa, directeur général de l’Organisme algérien de l’accréditation (Algerac) qui a mis l’accent lors d’une journée d’étude sur la filière oléicole organisée ce mercredi par l’agence nationale de promotion du commerce extérieur (ALGEX) sur l’importance de certifier et caractériser cette huile afin d’en faire un produit « exportable ».
Et de souligner : « Nous avons un déficit énorme ; nous n’avons pas d’organismes d’évaluation de conformité ni de laboratoire national de référence ».
D’ailleurs le volume de l’huile exportée est selon les professionnels « insignifiant » par rapport au potentiel réel que possède le pays.
L’Algex avance un montant d’exportation équivalent à 200 000 dollars en 2013 sur une production qui n’a pas dépassé les 70 000 tonnes dont 60% est récolté en Kabylie. La quantité exportée a augmenté de  20% comparée  à 2012 mais son volume n’a pas dépassé 260 tonnes. 
Le président de l’association nationale des oléiculteurs algériens (ANOA),  M.Bekhtaoui a appelé, pour sa part, à une  prise en  charge complète de cette filière et qui comprend, précise-t-il« l’organisation des infrastructures, réglementation, l’encouragement des producteurs… ».
EL WATAN

1er Mai, Fête internationale du travail - Secteur industriel La quête de la performance

Les pouvoirs publics veulent remettre au centre du dispositif de la relance économique, les entreprises, en activant à leur profit les instruments de l’envol et en éliminant les facteurs susceptibles d’être des entraves.

Le monde du travail célèbre le 1er Mai dans une conjoncture de refonte profonde de l’organisation du secteur public industriel. Partant du constat que le système des SGP a montré ses limites, le gouvernement a décidé de mettre en place un nouveau schéma de restructuration visant à créer les conditions favorables au développement de l’entreprise. Il s’agit d’une approche qui met celle-ci au centre de l’intérêt pour lui conférer une autonomie en matière de prise de décision et de management, à renforcer sa position sur le marché et valoriser ses potentialités. Bref, à la libérer des contingences qui ont contrarié jusque-là son essor. Douze groupes industriels ont été créés le 23 février dernier, concrétisant ainsi une décision du Conseil des participations de l’Etat (CPE) prise le 28 août de l’année écoulée dans le cadre de la réorganisation et de la relance du secteur public marchand industriel (SPMI). Ces douze groupes, créés à partir des 14 Sociétés de gestion des participations de l’Etat (SGP), se composent de sept groupes nouvellement créés et de cinq autres déjà existants. Les 7 nouveaux portent sur les filières de l’agro-industrie, des industries chimiques, des équipements électriques, électrodomestiques et électroniques, des industries locales, de la mécanique, des industries métallurgiques et sidérurgiques, des textiles et cuirs. Quant aux 5 groupes déjà existants, il s’agit de la Société nationale des véhicules industriels (SNVI), du Groupe industriel des ciments d’Algérie (GICA), du Groupe pharmaceutique Saïsal, de la Société nationale des tabacs et allumettes (SNTA) et de Manadjim Aldjazaïr (Manal). Cette reconfiguration rattache également des entreprises relevant d’autres secteurs au ministère de l’Industrie et des Mines. A l’instar de la SGP-Cegro (céréales) qui relevait du ministère de l’Agriculture, et l’entreprise nationale de construction de matériel et équipements ferroviaires (Ferrovial) qui dépendait du ministère des Transports. La réorganisation selon ce modèle répond au souci de la rentabilisation par la valorisation des compétences en mettant fin à leur éparpillement, avait-on expliqué. Parallèlement à cette restructuration, des actions sont menées sur le front de l’amélioration du climat des affaires en débureaucratisant bien des démarches. Le nouveau code de l’investissement en gestation promet un lifting d’envergure qui mettra le potentiel investisseur national ou international dans de meilleures conditions de compétition. Les pouvoirs publics veulent remettre au centre du dispositif de la relance économique, les entreprises, en activant à leur profit les instruments de l’envol et en éliminant les facteurs susceptibles d’être des entraves. Les objectifs recherchés sont multiples. Ils sont même évidents en ces temps de baisse des revenus issus des hydrocarbures. La stratégie consiste à agir simultanément sur les leviers de la diversification de l’économie pour réduire la dépendance vis à vis de la manne pétro-gazière, limiter le flux des importations aux produits indispensables en répondant aux besoins du marché national. Et exporter, si possible. A Pékin où il se trouve en visite officielle, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a mis en évidence les efforts entrepris par l’Algérie pour réformer son économie, la rendre compétitive et attractive aux investisseurs, tout en insistant sur les atouts du pays : sa position géostratégique qui peut la muer en porte d’entrée au marché africain, ses ressources et ses ambitieux projets d’investissements dans les infrastructures. Les nouveaux groupes industriels dont les dirigeants sont astreints à un contrat de performance sont précisément appelés à servir de moteur à l’internationalisation de l’entreprise algérienne grâce à l’extension de ses marchés et activités où les PME ne seront pas en rade. Dans cette nouvelle configuration, il est préconisé que les équipes managériales seront recrutées sur les seuls critères de compétence. Et disposeront de la liberté d’initiative dans le cadre d’un mandat de gestion. C’est à ce titre que l’acte de gestion sera dépénalisé pour ce qui est lié à la prise de risque. Le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselem Bouchouareb, qui pilote le dispositif, a eu à préciser que les 12 nouveaux groupes industriels seront orientés vers les filières qui permettraient de renforcer la production des biens qui pèsent particulièrement sur la facture des importations. Il s’agit notamment des catégories des produits sidérurgiques, métallurgiques, mécaniques et manufacturiers dont la facture d’importation coûte près de 30 milliards de dollars. La structure des importations fait ressortir que l’industrie manufacturière ne couvre que 20% des besoins du pays. La démarche sera menée avec des entreprises étrangères pour permettre le transfert de technologie et de savoir-faire. Pour ce faire, 42 parcs industriels seront réalisés dont 23 seraient réceptionnés vers la fin de l’année en cours. Une vingtaine d’autres projets similaires seront également lancés en septembre 2015 pour être réceptionnés en mars 2016. « La priorité de l’accès à ces assiettes foncières sera accordée aux investissements dans les filières identifiées pour résoudre les contraintes liées au foncier industriel », a préconisé Bouchouareb. A grandes ambitions, grands moyens.
Horizon

SELLAL AUX ENTREPRISES CHINOISES "Diversifiez vos investissements!"

«Diversifiez vos investissements, nous sommes là pour vous aider»
Le Premier ministre qui a salué «l'ardeur appréciée» des entreprises chinoises, les a encouragées à s'aventurer hors des domaines classiques tels que l'industrie, l'agriculture, le tourisme, l'énergie, les technologies de l'espace, du numérique et de la formation.
Sellal ne veut pas revenir les mains vides de son voyage en Chine. Dès son arrivée au pays de l'Empire Céleste, où il est en visite officielle du 28 au 1er mai prochain, il a encouragé les investisseurs chinois à s'impliquer davantage dans des programmes et projets structurants. «Diversifiez vos investissements, nous sommes là pour vous aider», est le message lancé par le Premier ministre lors de sa rencontre avec les entreprises chinoises. «L'Algérie encourage 'vivement'' les investisseurs chinois à s'impliquer davantage dans la réalisation des programmes et projets structurants», a soutenu M.Sellal lors d'un forum économique algéro-chinois. «Au-delà de la dimension commerciale fort appréciable au demeurant, il s'agit, pour nous aujourd'hui, d'encourager vivement les investisseurs chinois à s'impliquer davantage dans la réalisation des programmes et projets structurants, seuls à même de conférer la durabilité indispensable à un partenariat mutuellement bénéfique», a-t-il poursuivi.
Il a salué, à cette occasion, «l'engagement des entreprises chinoises qui interviennent déjà en Algérie et qui se distinguent par une ardeur appréciée par tous les Algériens, dans la réalisation de projets d'envergure dans les domaines de la construction et des infrastructures de base». Néanmoins, il les a incitées à s'aventurer hors des domaines classiques que sont le bâtiment et les travaux publics.
«Par l'ampleur de son ambition de développement, il recèle de multiples opportunités pour nouer des partenariats gagnant-gagnant avec les opérateurs économiques algériens dans la construction de logements, d'infrastructures de base ainsi que dans les domaines de l'industrie, de l'agriculture, du tourisme, de l'énergie, des technologies de l'espace, du numérique et de la formation», a-t-il noté avant de faire la promotion du climat d'affaires algérien très favorable. «L'Algérie possède des atouts et la forte volonté de se développer», assure-t-il en rappelant que le plan quinquennal 2015-2019 s'inscrit dans cette perspective. «L'Algérie peut, également, par sa situation géostratégique, son potentiel humain, ses ressources naturelles, la qualité de ses infrastructures de base, ainsi que l'excellence de sa proximité avec les pays arabes et africains, constituer une plate-forme opérationnelle pour les investisseurs chinois souhaitant élargir leurs activités et pénétrer les marchés arabe, africain et méditerranéen», fait valoir le Premier ministre. Abdelmalek Sellal qui a profité de l'occasion pour se féliciter des résultats de la 7ème session de la Commission mixte algéro-chinoise de coopération économique, commerciale et technique qui s'est tenue, le 10 avril dernier, à Alger et dont les travaux ont été qualifiés de «véritable réussite qui annonce une nouvelle ère de coopération axée sur l'accroissement des investissements entre les deux pays».
Il a par la même occasion réaffirmé, le «fort attachement» de l'Algérie au partenariat stratégique global et à ses diverses déclinaisons de coopération. «Si le potentiel des ressources des deux pays constitue indéniablement le levier de développement de leur coopération, il demeure que la relation algéro-chinoise est essentiellement portée par la volonté politique partagée mais surtout par la dynamique de son avenir», a-t-il attesté. «Au regard de la qualité de notre relation, nous devons réussir, portés que nous sommes par la volonté politique et économique commune, actée à travers le partenariat stratégique global qui constitue, dans son essence même, un véritable pacte pour le développement mutuel», a-t-il conclu avec une note pleine d'espoir...

Abdelkader Bensalah sera en Chine en juin prochain
«Il poursuivre les consultations politiques»
Le Premier ministre qui a débarqué à Pékin en véritable «guest-star», du fait que c'est le premier responsable algérien de ce rang qui y effectue une visite, a tenu à mettre en exergue les relations politiques excellentes entre les deux pays.
Il s'est réjoui de «la convergence dans l'approche politique qui s'est amplifiée, lors des échanges de visites de responsables de haut niveau, qui ont aussi porté sur les enjeux et défis inhérents aux mutations du monde actuel».
Il révèle à ce propos que Abdelkader Bensalah sera en Chine en juin prochain. «La consultation politique se poursuivra, en juin prochain, par la visite en Chine du président du Conseil de la nation», a-t-il déclaré. «Le socle de cette convergence est, aujourd'hui, conforté par le développement accru des échanges économiques entre nos deux pays comme en témoigne le statut de la Chine comme premier partenaire commercial de l'Algérie pour la deuxième année consécutive», a souligné le Premier ministre. Dans ce sens, il a réaffirmé le fort attachement de l'Algérie au partenariat stratégique global et à ses diverses déclinaisons de coopération.
L'expression

LE PRÉSIDENT CHINOIS RECEVANT SELLAL "Nous sommes des compagnons d'armes"

Une visite pleine de promesses
«Les dirigeants et le peuple chinois n'oublient jamais ce grand ami (président Bouteflika) et la contribution remarquable qu'il a apportée pour que la Chine retrouve son siège de membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU»
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui effectue une visite officielle en Chine à l'invitation de son homologue a été reçu hier à Pékin par le président Xi Jimping.
A cette occasion, le président Xi Jimping a chargé M.Sellal de transmettre ses salutations «cordiales» et ses «meilleurs voeux» au président de la République, Abdelaziz Bouteflika. «Les dirigeants et le peuple chinois n'oublient jamais ce grand ami (président Bouteflika). Ils n'oublient jamais la contribution remarquable qu'il a apportée pour que la Chine retrouve son siège de membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU et à l'amitié algéro-chinoise», a déclaré à cette occasion le président chinois.
«La Chine et l'Algérie sont des pays frères et amis et nous sommes également des compagnons d'armes, que ce soit pendant les luttes pour l'Indépendance nationale et la préservation de la souveraineté ou dans le développement national et la promotion de la paix et du développement dans le monde», a-t-il ajouté. «Nos deux pays se sont toujours témoignés mutuellement le soutien, ont tissé une amitié très profonde et établi une confiance mutuelle solide», a affirmé M.Xi Jimping, ajoutant que «c'est une richesse qui fait la fierté de nos deux pays et de nos deux peuples et à laquelle nous attachons un grand prix parce que c'est aussi le fondement du développement soutenu et stable de nos relations». Rappelant l'annonce l'année dernière de l'établissement du partenariat stratégique global entre son pays et l'Algérie, premier pays arabe à en bénéficier, le président chinois a souligné que cela «montre pleinement le poids de votre pays dans la politique extérieure de la Chine et prouve également que nos relations bilatérales sont entrées dans une nouvelle phase de développement».
De son côté, M.Sellal s'est déclaré «ravi» de l'accueil «chaleureux» que les autorités chinoises lui ont réservé à lui et à la délégation qui l'accompagne et a transmis au président chinois les salutations «fraternelles» et «chaleureuses» du président Bouteflika.
Il a ajouté que même si sa visite est la première d'un Premier ministre algérien, elle a été programmée «pour commencer à mettre en oeuvre réellement et fondamentalement le partenariat stratégique global liant les deux pays». «Nous croyons et nous tenons à ce partenariat», a affirmé M.Sellal en réaffirmant la disponibilité de l'Algérie à approfondir toujours davantage les échanges et la coopération mutuellement bénéfique avec le partenaire chinois, comme en témoignent les appels lancés aux entreprises chinoises pour investir et participer activement au développement de l'économie algérienne.
L'expression